04 81 66 10 43 - 61 Quai Maurice Barjon 26500 Bourg-lès-Valence France pierre.faverieux@orange.fr

Une bonne enceinte, c’est quoi ?

Alors la réponse à une telle question est forcément personnelle, car liée à la perception de chacun, aussi je vous propose d’approcher cette question sous un angle particulier, qui peut être complémentaire à ce que vous auriez pu lire par ailleurs.

Selon moi, on peut voir les choses de 2 manières :
Soit on cherche un système pour divertir, pour impressionner, pour aller chercher des sensations physiques (basses puissantes, volume sonore très élevé, spatialisation valorisante), l’idée n’étant pas forcément d’apprécier en détail la musique, mais d’avoir simplement des sensations fortes.

Soit on cherche à retrouver au plus près les sons et la musique tel que cela sonne en vrai. En vrai, ça veut dire des voix et instruments acoustiques, non colorés par une amplification sono de concert. Attention, vrai ne veut pas dire ennuyeux !

Donc pour répondre à la question qu’est-ce qu’une bonne enceinte, il faut déjà savoir ce que l’on cherche !
Pour ma part, je ne vais pas m’étendre sur le premier cas, sans jugement aucun, mais simplement ça n’est pas dans mon axe de travail.

Déjà un mot sur la musique : le signal sonore (musical) est un signal alternatif, de forme très variable. Si nous définissons généralement le signal musical a travers différentes fréquences ou zones de fréquence, c’est parce que parce que ce signal musical peut être décomposé en une somme de signaux sinusoïdaux de fréquences et de niveaux différents (série de Fourier). Mais dans la réalité, ce signal est un tout, qui pourrait être schématisé par le graphique ci-dessous (courbe non réaliste, simplement pour illustration)

D’un point de vue technique, le défi d’une enceinte acoustique est donc de reproduire via les mouvements des membranes des haut-parleurs, le signal envoyé par l’amplificateur, au plus près, quel que soit le niveau ou la fréquence. Ce signal envoyé par l’amplificateur comporte d’infimes variations qui doivent être reproduites très précisément, en niveau et aussi et surtout dans le temps.

Les qualités les plus régulièrement citées pour une enceinte acoustique sont la dynamique, les timbres, la restitution des graves, médium, aigus, la scène sonore. Pas toujours facile à appréhender pour un néophyte…et par ailleurs pas toujours suffisant pour donner une idée de la musicalité et du plaisir ressenti.

Si on repart du schéma ci-dessus on voit bien qu’une des qualités les plus importantes est la rapidité et la capacité d’accélération. On pourrait comparer cela à la capacité d’une voiture à suivre des trajectoires sinueuses très précises sans sous-virer ou survirer, sans osciller autour de la trajectoire idéale. Imaginez qu’à chaque oscillation de la membrane du haut parleur votre voiture doit négocier une épingle sans perdre en vitesse ni se mettre en travers…
On parle donc de la faculté de l’enceinte à réagir aux moindres sollicitations, sans délai, sans tassement et sans oscillation parasite. Il faut bien comprendre que l’oreille et le cerveau humains sont capables de discerner des variations infimes, bien plus fines que celles discernables à la mesure. La mise au point doit donc être très précise. Point important, cette rapidité doit s’appliquer sur toute la plage de fréquence, du grave à l’aigu, afin que l’intégrité du message musical soit préservée.

Autre qualité essentielle : la linéarité de la courbe de réponse en fréquence. Une enceinte doit en effet retransmettre toutes les fréquences (toutes les composantes de la musique) avec exactement le même gain, ceci est indispensable pour conserver les timbres et l’équilibre du morceau joué. C’est le B.A BA de la fidélité (non suffisant, certes, mais essentiel). Quoi que l’on puisse lire ici ou là, sur un bon système, un déséquilibre de moins d’1 décibel s’entend très bien pour peu que le morceau soit sensible dans cette zone de fréquence.

A savoir également, le comportement de l’enceinte en dehors de l’axe d’écoute est essentiel car il donnera l’image de l’énergie totale délivrée par l’enceinte. Une réponse régulière hors de l’axe donnera une réponse en puissance régulière sur toute la bande de fréquence, et donc un sentiment d’équilibre.


Réponse en fréquence Nel Ultime dans l’axe, 15, 30 et 45 degrés par rapport à l’axe d’écoute

Un détail qui n’en est pas un : à chaque variation de niveau dans la courbe de réponse d’une enceinte correspond une variation de phase (la phase étant l’image de la pente de la réponse en fréquence). Hors qui dit variation de phase dit décalage dans le temps, ce que ne supporte absolument pas la musique !
Plus vous allez écouter des morceaux touffus, avec plusieurs voix et/ou instruments dans les mêmes plages de fréquence, plus ce point est essentiel pour que chaque instrument reste compréhensible et qu’ils ne se mélangent pas en une bouillie approximative.

Pour revenir aux qualités régulièrement citées pour une enceinte,  on voit bien que celles-ci découlent directement de cette rapidité et linéarité.

La dynamique suppose de reproduire à la fois les micro-informations sans les simplifier ou les étouffer, et également les pointes de puissance sans les amortir, les arrondir, mais sans sur-oscillation non plus (comme avec des amortisseurs fatigués sur une voiture…)

Le respect des timbres consiste à respecter scrupuleusement tous les harmoniques d’un instrument ou d’une voix, il est donc directement lié à la rigueur de l’enceinte en niveau et en phase…

La perception de la scène sonore dépend du calage très précis en niveau et en phase (strictement identique sur les 2 enceintes) qui permet de localiser précisément les sons en largeur et en profondeur. Attention cette maitrise doit également être appliquée au basses fréquences, ce qui n’est pas le plus évident !

il y a un autre élément qui définit une bonne enceinte, c’est la cohérence de l’énergie perçue dans toutes les zones de fréquences. La linéarité mesurée à 1 mètre est un début mais n’est pas suffisante. La taille des haut-parleurs, le forme de l’enceinte, le filtre influent sur cette perception, on y reviendra dans un autre article.

Nous venons d’évoquer des éléments techniques essentiels à la qualité d’une enceinte, et j’attire votre attention sur le fait que les mesures qui peuvent être publiées sur des enceintes vous donnent une indication sur le sérieux de conception, mais ces mesures ne sont absolument pas suffisantes pour juger de la qualité d’une enceinte ! ça serait trop simple… 
La seule manière de savoir c’est d’écouter !

Je reviendrai dans un autre sujet sur tous les points importants dans la conception d’une enceinte pour arriver à maximiser ces qualités.

Bon là on a parlé de technique, mais comment définit-on à l’écoute une bonne enceinte ?

Déjà il faut se mettre en position d’écouter de la musique et pas un système hifi. ça peut paraitre idiot mais souvent les personnes attendent des choses différentes entre écouter un petit groupe en acoustique et écouter un morceau sur un système hifi : on veut du grave puissant, on peut des voix qui envahissent la pièce, on veut du spectaculaire, on veut être impressionné… Nous avons malheureusement été conditionnés à entendre des graves qui pompent toujours de la même manière, à des aigus artificiels, à des médiums projetés, des artefacts électroniques… Pour se faire un jugement,Il est donc important de se mettre dans les mêmes conditions que si on écoutait un groupe qui jouait en acoustique devant nous. Des souvenirs d’instruments entendus en concert acoustique aident beaucoup à prendre des repères.

Les mots-clé sont pour moi naturel et cohérence.
La question c’est est-ce qu’on y croit ? on doit retrouver la signature des voix et des instruments, sentir l’espace d’enregistrement, on doit percevoir les émotions. En règle générale tout ce qui est spectaculaire est suspect : en effet, quand on rend sexy artificiellement une enceinte sur certains aspects, systématiquement cela se traduit pas des défauts sur certains morceaux, et presque toujours par une fatigue à l’écoute.

Une règle de base, ne vous laissez pas séduire par un côté racoleur, vous vous lasserez aussi vite que vous avez été séduits…et passez le maximum de types de musiques différents, sur une durée suffisante pour vous faire une idée.

Si vous arrêtez de disséquer les timbres, la dynamique, le médium etc… et que vous vous surprenez à juste écouter ou mieux encore, à regarder, c’est que les artistes se sont vraiment matérialisés devant vous…L’envie de continuer à passer toujours d’autres morceaux et l’absence de fatigue auditive sont de très bons indicateurs de qualité.

Quelques petits trucs pour aider ceux qui ne sont pas rôdés à l’exercice :
Vous pouvez suivant les morceaux joués essayer de porter votre attention d’abord seulement sur un des critères listés, puis ensuite vous aurez progressivement une perception plus globale.

– Portez votre attention sur les attaques de piano, de cordes… ça doit être vif, instantané mais sans agressivité
– Faites attention aux extinctions de notes (cymballes, triangles, piano par exemple) est-ce qu’on a bien toutes les résonances sur la durée et pas une extinction brutale et pauvre ?
– Observez la dimension perçue des instruments, voix, : est-ce que la guitare a une taille réaliste, idem pour la chanteuse ?
– Est-ce que les différentes voix et instruments sont localisés et différenciés (en largeur, en profondeur) ou sont-ils confus et mélangés ?
– Est-ce que le grave est défini, tendu, varié ? fait-il partie intégrante de la musique, ou à l’inverse envahit-il la pièce et masque t-il le reste du message musical ?
– Dans la zone des aigus, même chose, entendez vous une brillance artificielle ou au contraire avez vous des voix et des cordes naturelles comme dans la réalité
– Les frappes de grosse caisse sont-elles localisées ou totalement diffuses ?
– Sur des enregistrements live, avez-vous une compréhension de la salle (taille, bruits de salle, réverbération) ?
– Sur des voix, ressentez-vous ce côté organique, émotionnel ?

En complément sachez qu’il est assez facile de mettre en valeur des enceintes avec des morceaux à la fois spectaculaires et techniquement simples à passer. Des enceintes bien conçues doivent passer tous les styles de musique, c’est un excellent indicateur de qualité, sous réserve que les enregistrements soient bons et idem pour le reste du système ! on y reviendra.