04 81 66 10 43 - 61 Quai Maurice Barjon 26500 Bourg-lès-Valence France pierre.faverieux@orange.fr

Après l’intégré RSA-M99 (dont je n’ai pas pu me séparer), voici son petit frère le RSA-777EX, le premier intégré dans la gamme SPEC, disponible à partir de 4490 € (4990 € avec télécommande). Bon, normalement, on fait les choses dans l’autre sens : on commence par l’entrée de gamme, et on glisse ensuite sur les modèles plus chers, cela évite les frustrations, qui arrivent assez fréquemment dans ce cas de figure. Mais, comme on le verra, le 777 a fait mieux que se défendre dans cette situation !

Par rapport à son grand frère, le gabarit est revu à la baisse (350 x 95 x 375), pour un poids de 7 kg. La construction est un peu différente, avec sur le 777 des flancs en bois (épicéa/érable), la base en épicéa du 99 étant absente sur le 777. Il repose comme son grand frère sur 3 points d’appui.

En façade, on trouve un sélecteur de source et un bouton de volume, avec comme sur le M99 un interrupteur de mise sous tension à basculement type aviation. On trouve également un basculeur pour couper l’alimentation des haut-parleurs, avec une LED verte lorsque connecté, et rouge lorsque coupé. Celui-ci sert en cas d’écoute au casque, via une prise casque 3,5mm en façade. A noter que la sortie casque utilise la même alimentation et le même réglage de volume que la sortie haut-parleurs, on profite donc pleinement des qualités de l’appareil en écoute casque. A l’arrière on trouve l’embase prise secteur, un porte fusible, 4 bornes HP isolées acceptant bananes et fourches, 3 entrées RCA, 1 entrée XLR, et la prise jack pour la télécommande.

En effet, comme son grand frère, la télécommande est totalement indépendante et proposée en option.

L’alimentation est à découpage, contrairement au M99 qui, lui, dispose d’une alimentation linéaire, la puissance est annoncée à 50 W par canal.

En termes d’installation, penser à bien contrôler la phase secteur (inversée par rapport aux appareils européens), et s’assurer du positionnement stable de l’appareil sur un meuble bien découplé si on veut tirer la quintessence de ce que sait faire ce petit appareil surprenant.

Alors, quid de l’écoute ? Pour commencer, disons qu’on est sans aucune hésitation dans l’univers musical de SPEC, avec certes pas les mêmes ambitions que le M99, mais les sensations d’écoute sont malgré tout pour le moins surprenantes pour un appareil sous les 5000 €. Pour être franc, en passant derrière le M99, même si on perd indéniablement des choses, si on remet en place un système cohérent, on n’est pas vraiment frustré ! Bien entendu, la hiérarchie entre les 2 est cependant respectée : le M99 et fait pour être associé à des sources de 10 000 € ou plus, il s’est révélé impérial y compris sur les enceintes NORA et réagit de manière impressionnante au câblage jusqu’à l’ultra haut de gamme (Tim-référence/Tim Signature de chez Absolue Créations), c’est un OVNI dans cette zone de prix… Le 777 quand à lui trouvera logiquement ses limites un peu plus tôt, mais pourra cependant s’intégrer sans complexes dans un système à 25 000 €, sans à aucun moment en être le maillon faible. Les écoutes se sont déroulées sur Nel, Nel Ultime et Joy, DAC Sonnet Morpheus, Streamer Auralic Aries G1, Altair G1, câblage Absolue Créations et Tellurium Q. Liaison DAC-ampli en symétrique.

A l’écoute, on ressent instantanément cette propreté, cette lisibilité, cette pureté dans le rendu des voix, des instruments, des bruits d’ambiance. Les contours sont francs, précis, comme dépollués par rapport à la beaucoup d’électroniques. Notable également, les silences et l’intelligibilité des petits signaux, facilement identifiables et localisables, même dans la zone du haut-grave bas médium. Le fond de salle, la sensation de l’espace est rendue avec une évidence rare, le contraste est évident et les silences d’une pureté réjouissante. On prend plaisir à capter tous les détails du morceau, dans un confort d’écoute inhabituel, on n’a absolument pas besoin d’avoir une attention particulière, le cerveau ne travaille pas, il prend juste du plaisir. Vous avez déjà certainement fait l’exercice de faire une lecture rapide d’un texte écrit avec une police de caractères torturée, avec une mise en page approximative, sans mise à la ligne de paragraphe…ça demande de la concentration et l’exercice est vite fatiguant… Le SPEC vous propose une police simple et épurée, instantanément assimilable, et les sauts de paragraphes sont au bon endroit et bien visibles…On peut lire rapidement en intégrant facilement le sens du texte…

En fait on va retrouver beaucoup de qualités déjà mentionnées sur le M99, à un niveau certes moins élevé dans l’absolu, mais tout aussi exceptionnel au regard du prix. On retrouve ce contrôle extrêmement précis sur toute la bande de fréquences, un équilibre subjectif parfait, ressenti comme vraiment naturel. Dans la zone du grave en particulier, on profite d’un excellent contrôle des membranes des haut-parleurs, sans gonflement ou effet de masque. Tout reste à sa place, la lisibilité n’est jamais altérée même lorsque le morceau est dense dans cette zone. Malgré seulement 50 W par canal annoncés, le 777 fait preuve d’un suivi énergique, plein et hyper rapide quels que soient les écarts dynamiques, sans aucun tassement ressenti, il drive les NEL Ultime avec une autorité surprenante ! L’alimentation a découpage très efficiente et très bien dimensionnée confère au 777 une superbe réactivité lors des forts transitoires, et répond présente dès les premières octaves sans jamais donner l’impression de forcer. A noter également qu’à niveau soutenu, l’intégré ne se désunit absolument pas, avec en particulier un maintien notable de l’équilibre des timbres, sans dureté ni projection. Si l’écoute est particulièrement fluide et propose un rendu « analogique » sans artefact électronique, on n’est cependant jamais dans la douceur systématique, on n’enjolive pas : les cuivres par exemple peuvent être rendus avec force, à la frontière de l’agressivité, comme dans la vraie vie. La présentation de la scène sonore est d’une superbe cohérence, sans exagération dans les dimensions, mais étonnamment convaincante, on se laisse emmener sans se poser de questions !! Pour dire un mot sur les timbres en particulier, ils bénéficient de cet équilibre parfait sur toute la plage de fréquences, et on ressent une justesse dans la restitution des frappes, des cordes, des cuivres, le lien entre le son et le matériau des instruments nous apparait clairement, le 777 se distingue sur ce point.

Petite précision : les écoutes ont commencé avec comme source l’Auralic Altair G1, puis Aries G1/DAC Morpheus : Il est rapidement apparu que vu les performances du 777, même si l’Altair G1 est une excellente source, l’association avec l’Aries G1/Morpheus,(on aurait pu également lui associer le tout nouveau Altair G2.1) a été clairement plus pertinente.

Une fois l’évolution de la source réalisée, on retrouve également cette capacité à différencier très nettement les ambiances des morceaux, les conditions de prise de son…On ne ressent aucune redondance dans la présentation, le SPEC est d’une neutralité redoutable en termes de signature sonore. On ressent une justesse globale à l’écoute, on perçoit facilement l’esthétique sonore globale du morceau (taille et amortissement du lieu, prise de son , mastering) : quel que soit le type de musique écouté, on est dedans à chaque fois, on ne ressent jamais de déséquilibre, de stress ou de perte de contrôle. Ce point est à mes yeux primordial, le fait de rester cohérent et crédible sur un grand nombre de morceaux très différents est un indicateur fiable et rationnel qui démontre que l’on s’approche d’une reproduction fidèle, même si on est d’accord elle ne l’est jamais à 100%…

Pour résumer, le RSA-77EX ne vous séduira pas par des effets spectaculaires, mais il vous touchera par sa franchise,  sa justesse, sa loyauté envers la musique. Plus vous l’écouterez, moins vous pourrez vous en passer ! Il propose une écoute centrée sur l’oeuvre, sur les instruments, les voix, l’ambiance : c’est une approche qui n’est pas bling bling, pas intellectuelle non plus, mais qui mise sur le ressenti, le plaisir d’écoute à l’état brut, sans rajout artificiel. Tout comme le M99, c’est un appareil à part dans sa gamme de prix, il se distingue par sa reproduction vraie, sans artefact, il vous sert la musique avec un très grand soin pour ne pas l’abîmer au passage. Sa puissance, même si les 50 W annoncés paraissent modestes, permet de driver la majorité des petites colonnes ou enceintes bibliothèque dans des pièces de taille usuelle, on ne ressent pas de limitation sur les Nel ou sur les Joy, même à niveau d’écoute très confortable.

SPEC a choisi pour ses amplificateurs la voie de la classe D, et, s’appuyant sur les indéniables avantages techniques de cette technologie, travaille à optimiser chaque composant, chaque fonction pour permettre à ses amplificateurs de jouer leur rôle de fournisseur de puissance sans détériorer ou modifier le signal audio, dans tous les cas le moins possible, avec en particulier une attention aux micro signaux, porteurs de ce qui rend l’émotion, la sensation de vrai, d’authentique..

Le résultat est novateur (tant en termes de solutions techniques qu’à l’écoute) et particulièrement réussi. Si vous êtes sensibles à la beauté pure de la musique et que vous cherchez un intégré autour des 5000 €, je vous encourage vivement à prendre le temps pour une écoute !

Pierre Faverieux